HOW MANY SECRETS CAN YOU KEEP ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Survivants - Saga Post Apocalyptique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Aquaëlis — I'M THE QUEEN BITCHES


Messages : 78
Date d'inscription : 16/04/2015
Age : 22

MessageSujet: Survivants - Saga Post Apocalyptique    Mer 29 Avr - 23:45



   
   Résumé
   Saga Post Apocalyptique

K
atelynn cour pour sa vie. Elle cour pour celle des autres. Autour d'elle retentit les fracas des immeubles qui s’effondre. Elle tient dans sa main une mystérieuse boite, qu'elle doit mener à Centrale Park pour protéger les gens de l'apocalypse qui leur font face. Et quand elle l'ouvre, surprise ! Un immense dôme les enveloppes et les protèges des catastrophe qui leur font face. Mais une fois enfermés, les survivants ne l'entende pas de cette oreilles, pris au pièges pendant que dehors les pires tempêtes ce déchaîne. Et si le dôme ne semblait pas être ce qu'il semble être ? Comment va évoluer la situation dans le dôme ? Katelynn va t-elle réussir à prendre en mains la situation qu'on lui a confier ?  
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Aquaëlis — I'M THE QUEEN BITCHES


Messages : 78
Date d'inscription : 16/04/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Survivants - Saga Post Apocalyptique    Jeu 30 Avr - 0:12



   
   Chapitre 1
   On remplit ça vie, parce qu'on oublie qu'elle passe.

E
lle court, la petite Katelynn. Sa respiration saccadée menace de la faire défaillir à chaque foulée. Ses pieds brûlent, ses poumons manquent d'exploser. Mais la peur qui se fraye un chemin parmi ses pensées lui donne assez d'ailes pour qu'elle ne puisse pas sentir la douleur qui prend peu à peu ses muscles. Elle devait sauver des vies. Il le fallait. Elle tourne dans la dixième avenue, et l’essoufflement la fait ralentir. Derrière elle, un grondement retentit parmi les murs des immeubles. Des murs tombent non loin d'elle. Sa tête se tourne subitement et son regard horrifié la fait déglutir. New York venait de perdre son plus beau gratte-ciel, l'Empire State Building. L'une des statuettes qui occupait le contour de l'immeuble s'écrase juste devant elle, lui barrant la route. Les morceaux volent en éclats et Katelynn est forcée de s'arrêter. La jeune femme dérape, mais elle se rattrape. Ses mains trembles elles tiennent une solide boîte de fer. La jeune femme devait l'apporter au plus vite à Central Park. Les hurlements des gens dans la rue percent les tympans de ses oreilles, tandis que la cohue se regroupe. Les gens se bousculaient et une frayeur se lisait sur chaque visage. Katelynn ce reprend très vite. Tout dépendant de cette minuscule boite qui pourrait protéger ce qui reste de Manhattan de la fin du monde. Aux alentours, des vagues avaient déjà commencées à ce déferler dans les rues. La mer menaçait d'engloutir toute la ville. La jeune femme est forcés de tournés dans une rue étroite, ne pouvant pas continuer le chemin menant à son but. Les murs sont proches, ils tremblent et des briques tombent de partout. Une main sur la tête, Katelynn tente de se protéger, et réussis à sortir de cette rue étroite et fétide. Elle aperçoit enfin Central Park, avec des arbres qui tremblaient comme apeurés face à la catastrophe qui se trouvait devant eux. La jeune femme s'élance, traversant la route en grande enjambée. La terre sur laquelle elle courrait ce fissure et des crevasses ne tardèrent  pas à la faire chanceler. Des voitures s’arrêtent, s'entrechoque dans des horribles crissements de pneus. La brunette ne voit pas la voiture arriver droit sur elle. Mais une force la plaque contre le sol et une douleur s'installe dans son crâne. Pendant un moment, seul un son aigu traverse son esprit et une vision floue ce forme autour d'elle. Ses halètements manquent de la faire sombrer dans l'inconscience.

Les yeux de Katelynn ce posèrent sur l'immense silhouette de son père. L'homme sourit, tandis qu'elle pouvait apercevoir son reflet dans ses lunettes. Elle devait avoir dix ans, pas plus. La mâchoire carré de son père  révélait deux lèvres qui ce fendaient en un sourire attendrit. La jeune fille jouait avec ses deux mains, terriblement nerveuse à l'idée de rester ici pendant un mois.

« Tous vas bien ce passer. Tu vas rester ici avec ton oncle, maman et moi reviendrons très vite. » un ton rassurant, qui finit par convaincre Katelynn. Elle hocha la tête, tandis que ses yeux croisèrent le gris intense de ceux de son père. Il avait une barbe d'environs trois jours et était habillé avec classe. Il s'accroupit face à sa fille et lui posa une de ces paluches sur l’épaule de sa fille. En ce temps-là, Katelynn paraissait toujours plus jeune et plus faible. Une larme roula le long de sa joue, et un index vint l'effacer, tel un souvenir qu'on oubliait. Des lèvres ce posèrent sur son front et Katelynn profita de ce court instant de tendresse qui allait lui manquer. L'homme ce releva et laissa place à une femme blonde. Elle fit quelque pas avec grâce vers sa fille et sourie à celle-ci. Ces yeux verts dont avait hérité Katelynn scruta son visage. Une main ce posa sur la joue de la petite qui s'en saisie aussitôt. Un contacte doux et chaud, qui creusais un trou béant dans le cœur de la petite.

« Je vous aimes. » Fit Katelynn avant de sauter dans les bras de sa mère. Elle s'y réfugia et la serra si fort dans ses bras que ses jointures avaient blanchis. Elle tentait de contenir les battements rapides de son cœur qui sautait trop fort dans sa poitrine. Malheureusement, ce contacte finit par ce rompre et la mère de Katelynn recula de quelque pas pour observer son frère, l'oncle de la fillette.

« Prend bien soin d'elle. » Déclara la mère. Katelynn se tourna vers le grand homme mince, aux cheveux noir d'ébène en bataille. Il coula son regard foncé vers Katelynn, et l'invita à la rejoindre. La jeune fille grimaça, mais ne refusa pas ce geste. En quelque pas, elle rejoignit l'homme et ce tenu à ses côtés.

« Ne vous en faite pas. » Les rassura-t-il. Katelynn jeta un dernier regard au couple qui embarquait dans la voiture. Le moteur rugit et dans un dernier au revoir, l'image de la voiture disparu parmi le boucan de Manhattan. Directement sur le chemin de l'aéroport.


« Katelynn ! » Une voix tonne, une voix qu'elle ne perçoit pas. Seul le bruit de son cœur qui bat résonne en elle.

« Katelynn, debout ! » La voix force une nouvelle fois ses pensées. La vision de Katelynn redevient nette, et elle voit de la fumé s'échapper du capot de certaines voitures. Des cendres tombent autour d'elle, mais tout ce qu'elle perçoit c'est le son aigu qui lui perce les oreilles. Elle sent une prise ce resserrer au niveau de sa taille, et un visage familier ce pencher vers elle et lui dégager une mèche brune de ces yeux verts. Katelynn cligne des yeux. Un garçon brun avec des yeux bleus l'observe, le visage horrifier.

« Théo... » Elle eut du mal à formuler ce nom, sa voix rauque presque inaudible l'avait soufflé tel une brise dans le vent. Un sourire nait sur ses lèvres, révélant des dents blanches, parfaitement alignés. Oui, c'était bien Théo, son meilleur ami. Venait-il de lui sauver la vie ? Probablement. Le jeune homme était intervenu juste à temps, sans quoi Katelynn serait sûrement morte culbuter par le taxi jaune. Katelynn porte une main sur son front et ce touche un endroit particulièrement douloureux. Elle écarte ses doigts sentant que la douleur lui brûle et remarque des tâches sur sa paume. Elle c'était ouvert la tempe. Théo la saisie par la taille et la relève. Pendant un moment, elle oublie la terre qui tremble autour d'elle, encore confuse du choque. Mesurant une tête de plus qu'elle, Théo est obligée de baisser la tête pour plonger son regard inquiet dans le siens.

« Il faut qu'on y aille, ça devient trop dangereux par ici. » Il tenta de crier à travers le vacarme, que provoquait les fracas de chute de pierre. Un énorme « boum » confirma les paroles du garçon et Katelynn sursauta, revenant soudainement à la réalité. Son regard affolé ce pausait autour d'elle. Les gens avaient déserté la rue. Des immeubles s'écroulaient créant des épaisses fumés autour d'eux. Des voitures accidentées habitaient des corps sans vies aux volants. Katelynn sentit la panique la gagner et elle trembla, la boite lourde entre les mains. Une respiration irrégulière sortit de ces lèvres. Elle ne pouvait pas le faire…

« Je ne peux pas … Théo ça ne va pas marcher ! » Déclara-t-elle, proie à une terrible peur qui lui fit tourner la tête. Théo n'était pas d'accord. Ces mains ce plaquèrent sur les épaules de la jeune femme avec force, et il força son regard à croiser le siens. Elle le regarda bien malgré elle, sachant qu'il n'appréciait pas sa soudaine renonciation.

« Écoute-moi Katelynn. Les scientifiques ont mis énormément de temps et de recherche dans la confection de cette boite. Il faut lui faire confiance et si nous ne le faisons pas, des gens vont mourir. Je suis avec toi, ne t'en fais pas. Tout va bien se passer, tu n'as juste qu'a la poser par terre et nous seront enfin en sécurités. » Des paroles pleines de raisonnement. Katelynn jeta un coup d'œil à la boite qui pesait lourd entre ces mains. Des motifs en forme de cercle étaient incrustés, avec un point au milieu pour dominer le tout. Elle releva les yeux vers Théo. Il avait raison, elle n'avait pas le droit d'abandonner tous ces gens juste parce que la peur prenait possession de ces mouvements. Elle esquissa un sourire, et Théo fit de même. Un sourire qui lui redonnait courage. Un énième fracas retentit juste à ces côtés, et ils durent reculer de plusieurs pas pour ne pas recevoir de briques dans la tête. Katelynn fit un saut en arrière quand du verre vint s'écraser à quelque pas ou elle se tenait plus tôt. Le sol tremblait, et elle ne devait pas perdre de temps. La fumée qui montait dans le ciel lui donna un éclat orangé, un éclat qui lui fit froid dans le dos. Elle se mit alors à courir, Théo sur ses talons. Elle n'était plus qu'à quelque pas de Central Park. Ce n'était qu'un point de repère, et Katelynn savait pertinemment qu'il ne protégerait pas la ville entière. Rien que de savoir que quelque personne allait mourir, cela lui secouait le cœur. La jeune femme sentait que la fatigue affluait ses sens. Même la douleur qui persistait dans son corps ne comptait plus à partir de maintenant. Elle serra fortement la boite, jusqu'à blanchir ses jointures. Une fumée épaisse arriva en trombe juste derrière eux. Le genre de fumé qui transportait de la poussière et des gravats. La jeune femme redoubla l'allure, puisant dans ses dernières forces. Elle ce faufila parmi les grands arbres qui surplombait le parc. Les bancs et les jeux pour enfant étaient tombés en morceaux. Des personnes regardaient la fin du monde impuissante. D'autre étaient pris au piège sous les ruines, hurlants, criant à l'aide. Cela faisait mal au cœur que Katelynn de devoir les ignorer. Son travail consistait à devoir aider les gens, après tout. Ce n'était pas pour rien qu'on lui avait confiée cette boite. En tant qu'inspecteur de police et personne ayant une place importante parmi le conseil. Elle était encore jeune pour avoir une place pareille, en réalité elle n'avait que vingt et un ans. Mais elle avait tellement été la meilleure de sa catégorie qu'elle avait monté en échelon aussi vite qu'une personne pleine d'expériences. Théo la poussa sur la droite, pour lui faire éviter un bout d'immeuble qui tomba sur le sol. Elle manqua de trébucher mais elle récupéra vite son équilibre. Soudain, son regard percuta le ciel orangé. Des drôles de pierres tombait du ciel, l'arrière enflammée provoquait des traces derrières lui.

« Ce sont des ... » Commença Katelynn.
« Météorite. » Confirma Théo avec effroi. La peur peignit le visage de Katelynn, sentant son sang ce glacer. Les météorites vinrent percuter un immeuble. Des sonneries et des alarmes de polices retentissaient dans la ville. Pourvu qu'ils arrivent à exécuter cette boite à temps ! Katelynn s'arrêta, le souffle cour et sa tête bourdonnait. Elle n'arrivait plus à respirer normalement, elle était à bout de souffle, et la douleur lançait chacun de ses membres lui faisait un mal de chien. Théo grimaça, et à sa tête elle en déduit que c'était pareil pour lui.

« Je pense qu'ici on est bon. » Déclara Katelynn en analysant les alentours. Ils avaient conclu que la boite devrait être déposée à Central Park, parce qu'un hôpital, des commerces et des usines n’étaient pas loin. Assez de vivre pour pouvoir survivre.

« Occupe-toi de ça, le temps que je surveille tes arrières. » Fit Théo en se retournant pour guetter la moindre traces de météorites, de gravât, ou de choses dangereuses qui pourrait la mettre en danger elle et la boite. Katelynn opina et porta son attention sur la boite. Elle s’accroupit et porta à ses mains toutes les surfaces du cube. Cherchant un quelconque interrupteur. Elle ne savait pas ce que contenait cette boite. Elle savait juste qu’elle les protégerait du chaos qui sévissait autour d'eux. La peur et l'excitation s'empara d'elle, tandis qu'une curiosité fourmillais dans son estomac. Mais elle laissa place à de l'impatience, n'arrivant pas à ouvrir la boite. Pourquoi ils ne lui avaient pas dit comment faire plus tôt ? Parce qu'ils avaient été surpris par cette fin du monde qui était arrivés un jour trop tôt.

« Katelynn, dépêche-toi ! » Paniqua soudainement Théo. Cette peur fut assez communicative et elle ce surprit à paniquer en appuyant partout sur la boite. Il revint vers elle et se pencha pour observer lui-même la chose. La main de la jeune fille ce posa sur le motif en forme de cercle, et un clic retentit. Un doux son qui redonna espoir au deux jeunes gens. Le dessin s'alluma dans une couleur Cobalts, illuminant la couleur grisonnante du cube. Elle s'ouvrit, et de l'air en sortit pour ce projeter loin dans le ciel. Katelynn recula et tomba sur les fesses, observant le phénomène avec curiosité et enthousiasme. L'air était d'une couleur pâle, et ce dirigeais en vague vers le ciel orangé. Un bruit sourd retentit, et l'air ce dispersa dans le ciel. Peu à peu, un épais mur transparent retombait autour d'eux, formant un dôme protecteur dans la ville. Mais elle ne recouvrait que quelque environs seulement, et les pauvres personnes qui n'auront pas la chance de se retrouver en dessous risque de périr. Un plafond prit forme, et tel un bocal qui enveloppe un insecte, le dôme finit de les recouvrir. Il n'y avait plus d'air dans la boite. Elle était vide. Katelynn ouvrit de grands yeux ronds quand une météorite vint rebondir sur le dôme, tombant ailleurs dans l'autre partie de la ville non protégée. Surprise, elle s'attendait à tout sauf à un dôme. Son regard ce dirigea vers Théo, qui paraissait penser la même chose qu'elle.

« Tu crois que ça va tenir ? » Demanda-t-il, pensant à la même chose que la jeune femme. Elle ne savait pas vraiment quoi lui répondre. Ce dôme n'avait encore jamais été testé avant. De sorte qu'on ne savait pas s’il allait tenir suffisamment longtemps pour les protéger. Katelynn s'écroula sur l'herbe, à bout  de fatigue. Et maintenant ?

« J'espère. » Dis-t-elle tout simplement, aussi terrorisé que lui à l'idée que cela ne marche pas.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Aquaëlis — I'M THE QUEEN BITCHES


Messages : 78
Date d'inscription : 16/04/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Survivants - Saga Post Apocalyptique    Jeu 30 Avr - 0:22




Chapitre 2
Tant qu'on rêve encore, que nos yeux s'étonne encore.

L
a bouche bée, Katelynn plaqua ses mains contre la paroi dure et glaciale du dôme. Dehors, des explosions fusèrent dans tous les sens. Des gravats s'éclataient contre le dôme sans causer aucun dommage. Le plafond faisait ricocher les météorites qui s’explosaient un peu plus loin. De la fumée s'élevait un peu partout dans la ville, plongeant le dôme dans une obscurité plus sombre. La main de Théo ce posa sur son épaule, et Katelynn tourna la tête pour le regarder.

« Il faut réunir les survivants. » C'est vrai. Ils n'avaient aucune idées de ce qu'il ce passait ici, et voir un immense dôme les recouvrirent avaient dû suffisamment les paniquer. Déjà qu'il ne restait plus beaucoup de personne dans les rues quand Katelynn courait. La jeune femme fit volteface, dos au dôme et suivit Théo. Il restait des immeubles encore intact, protéger par le dôme. Il y avait un ou deux gratte-ciel qui était rescapés des météorites. Des boutiques et des voitures de toute part. Katelynn espérait que le maire ne c'était pas trompée et que cette partie de la ville contenait bien quelques magasins et hôpitaux.

« Officier ! » Une voix l'interpella. Katelynn se retourna et observa un groupe de personne qui venait vers elle. La jeune femme baissa la tête pour remarquer que son insigne était toujours en évidence sur sa ceinture. Était-tel le seul représentant de la loi dans le dôme ? Elle espérait que non. Une femme âgée la dévisagea, des cendres un peu partout sur son corps. Derrière elle, un petit garçon la suivait effrayée.

« Qu'est-ce qu'il ce passe ? » Sa voix était au bord de l’hystérie. Les autres personnes c'était regroupés autour d'elle. Qu'est-ce qu'il ce passe ? C'est la fin du monde, voilà ce qu'avait envie de rétorquer Katelynn. Mais la femme soutient son regard, continuant de la dévisager comme elle le ferait avec son propre enfant. Katelynn avait beau être encore jeune, elle ne ce laisserait pas juger sur son jeune âge. Elle chercha un moyen de formuler les mots dans sa bouche.

« Au cas où vous ne l'aurez pas encore remarquée, c'est la fin du monde. » Fit remarquer Théo avec une pointe de cynisme, agacé par cette femme qui les dévisageait à tour de rôle. La dame lui lança un regard noir. Katelynn se tourna vers son meilleur ami en lui ordonnant du regard de la laisser faire. Puis, elle le reporta sur la femme qui semblait outrée.

« Ecouter, tous ce que je peux vous dire c'est que temps que personne ne quitte le dôme, nous serons en sécurités. » Elle tenta de parler avec assurance, mais elle n'arrivait pas à cacher la nervosité dans sa voix. La femme eu un rire nerveux, comme si tous cela était absurde.

« C'est la fin du monde et vous allez me faire croire que nous sommes en sécurités dans ce bocal géant ? » Rétorqua-t-elle mauvaise en ramenant son garçon contre elle. Katelynn s'attendait à ce genre de réaction à la minute où elle avait saisi la boite pour se lancer dans une course folle. Cependant, elle garda son calme et comprit que tous ce qu'elle voulait, c'était protéger son enfant.

« J'ai besoin de votre aide pour réunir les personnes présente sous ce dôme. Vous aurez toutes les explications par la suite. » Encore une fois, elle tentait de prendre une assurance. Un homme décida de sortir de l'ombre et vint aux cotés de la femme. Il était jeune et devait avoir la même tranche d'âge que Kate et Théo. Un mauvais rictus passa sur ses lèvres, et ces yeux verts passaient de Katelynn à Théo.

« Et tu crois qu'on va te suivre parce que tu es la seul policière du coin ? » Lança-t-il avec un sourire malicieux. Katelynn reçu cette phrase comme une pique et elle sentait son calme disparaître peu à peu. Derrière elle, les muscles de Théo c'était crispés et ces poings ce serrait. Sa main passa sur son poignet, comme pour le retenir de commettre une bêtise.

« Et tu es qui, pour défié mon autorité ? J'essaie de vous garder en sécurité !» Elle était mauvaise. Tous ce que la jeune femme essayait de faire était de les protéger. Et voilà que les rebellions commençaient ! Elle sentit Théo avancer vers le jeune rebelle. Katelynn s'interposa dos à son torse et l'empêcha de faire un pas de plus. Il pesta, mais ne quitta pas son regard de l'autre homme.

« Je suis Josh, et je me laisserais pas dicter ma conduite par une fille ! » Il cracha ses mots, les yeux de Katelynn roulèrent d'exaspération. La femme observa un moment le jeune homme, avant de regarder son fils. Katelynn n'avait pas encore remarquée qu'un attroupement s'approchait d'elle et du groupe. Elle tourna son regard vers toutes les personnes présentes.

« Ce bocal, comme vous le pensez si bien est un dôme. Il va nous protéger des catastrophes si vous ne sortez pas. » Déclara-t-elle à l'assemblée. Des paires de yeux l’observaient.

« Ah, parce qu'en plus ont peu en sortir ? » Ajouta encore et toujours Josh. Il fit un pas devant l'attroupement pour ce placer aux côtés de Katelynn. Celle-ci le dévisagea rudement, avec une expression dure. Elle avait encore son arme sous la main, et elle sentait une démangeaison lui fourmiller les doigts. Elle repoussa la colère qui brûlait son esprit.

« Cette fille nous pièges sous cette boite, et vous comptez la suivre ? Ne comptez pas sur moi ! » Des acclamations apparurent dans la foules. Les regards brillaient et passait de Kate à Josh. Hors de ces gonds, Katelynn se tourna vers Josh, le regard en brasier.

« Écoute-moi bien, sale con ! Si vous ne me laissez pas faire vous aller finir par consommer tout ce qui nous restes de vivres et mourir de faim ou pire … Et je suis la seule à savoir comment activer la porte pour sortir ! » Elle s'entendait hurler, aveugler par l'énervement qui avait pris place. Pourtant, Josh ne cilla pas et un sourire carnassier creusait au coin de sa lèvre.

« Et tu crois que seulement parce que tu sais activer une porte et porter un insigne fait de toi la présidente du dôme ? » Ce fut une phrase de trop. Katelynn lança son poing qui vint s'écraser dans sa mâchoire et un craquement retentit. La foule poussa des cris stupéfaits et Josh grogna en se frottant la joue.

« Sale petite ... » Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que Katelynn vit Théo le plaquer au sol. Visiblement, ce n'était pas comme ça qu'elle voyait les choses.

« Lâche moi, sale connard ! » l'insulta Josh, ce débattant au sol en prise avec Théo. Les deux garçons roulaient dans l'herbes et ce ruaient de coups.

« C'est pas vrai ! » Jura Katelynn, en chopant le bras de Théo et en le tirant vers elle. Le jeune homme ce laissa faire et renifla, le nez en sang. Elle secoua négativement la tête, cette situation dépassait tous ce qu'elle imaginait. Katelynn se tourna vers l'assemblée.

« Si vous souhaitez faire ce que vous voulez, à votre guise. Sachez qu'on est les deux seules personnes qui savent vraiment ce qu'il se passe ici, et que vous allez avoir très vite besoin de nous ! » Elle clama assez haut et fort pour que tout le monde l'entende. Puis, elle ce détourna et prit le poignet de Théo pour l'emmener avec elle. Autour d'eux, les immeubles tombaient un à un, provoquant des ruines partout et des accidents mortels. Au fur et à mesure que Katelynn s'éloignait, elle sentait la tension redescendre d'un cran.

« Mais qu'ils sont cons ! » Déclara soudainement Théo, que Katelynn n'avait pas lâché. Elle partageait son avis. Cependant elle était convaincue qu'ils allaient finir par revenir vers elle à un autre moment. Une énorme explosion attira leur attention à elle et Théo. Un énorme brasier prit forme en dehors du dôme, ravageant tout sur leur passage. Une énorme fumé de champignon ce forma, projetant des cercles de feux autour de lui. La terre ce mit à trembler et Katelynn ce rattrapa au mur.

« C'était quoi ça ? » S'exclama-t-elle en regardant autour d'elle.
« Tu crois que c'est la centrale nucléaire ? » Proposa Théo avec une voix brisé. Le regard de Katelynn étudia son expression. Il tentait de conserver du courage, mais elle savait qu'il était tout aussi effrayé qu'elle. La jeune femme ouvrit grand la bouche.

« Mais, si c'est la centrale nucléaire, cela veut dire qu’ 'il va y avoir des radiations ! Comment allons-nous sortir sans ce faire contaminer ? » Le désespoir s'insinuait en elle. Non seulement parce qu'aucune de ces personnes ne voulait l'écouter, mais aussi parce qu'elle perdait le contrôle de la situation. Katelynn se laissa tomber dos au mur et plaqua sa tête dans ses mains. Théo eu une expression douloureuse au visage et il fit de même en passant un bras autour de son cou. La chaleur de ces mains étonnera toujours la jeune femme. L'explosion avait ravager la ville entière, ce n'était plus qu'un champ de ruine, mise à part les quelques immeubles présent dans le dôme.

« Je sais pas. » c'est tout ce qu'avait réussi à articuler Théo, pensif. Katelynn plaqua sa tête contre son épaule, une main s'échappant sur son torse et parcourant son impressionnante musculature qui ne l'avait jamais laissé indifférente. Finalement, est ce que les autres avaient raison ? Les avaient-elles piégés comme des souris ? Elle ne leur avait sauvée la vie que pour quelque temps, ne sachant pas combien de temps tiendrait le dôme de verre et combien de temps leur restaient-ils exactement avant d'être à court de vivres. Katelynn stoppa toute pensés négative de son esprit. Demain elle ferait une nouvelle tentative de les convaincre, et si jamais ils ne mettent pas du leur elle se débrouillera toute seule, un point c'est tout.
WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Aquaëlis — I'M THE QUEEN BITCHES


Messages : 78
Date d'inscription : 16/04/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Survivants - Saga Post Apocalyptique    Jeu 30 Avr - 0:30



   
   Chapitre 3
   On a tous en mémoire un reste au fond de soi, d'enfance.

«

 Ou tu m'emmène ? » Demanda Katelynn à bout de souffle. Cela faisait des heures qu'ils marchaient, Théo et elle. Le jeune homme avait tenu à garder le secret jusqu'à ce que Katelynn le découvre. La jeune femme commençait à se poser des questions sur le logement qu'ils allaient occuper pour la nuit. Tout était redevenu calme, comme si la fin du monde avait cessé d’exister. Seul le sol était encore fissuré parmi les ruines et les cadavres des pauvres personnes ayant péri dans cette catastrophe déchaînée. Les météorites avaient cessé de tomber, seul un ciel violacé devenait de plus en plus sombre, faisant apparaître une nuit noire et des étoiles par millier. Théo continua la marche et regarda derrière lui, remarquant que Katelynn traînait la patte fatiguée. Il s'arrêta et l'attendis. Un sourire amusé naissait sur ses lèvres tandis que la brunette levait des yeux frustrés devant son air enfantin.

« Quoi ? » Fit -elle, boudeuse. Il avait oubliée à qu'elle point elle était si belle. Et ces yeux verts pétillaient sous la vague luminosité qu’arboraient les lampadaires encore vivant.

« Nous sommes bientôt arrivés. » Ils n'étaient plus qu'à quelque pas. Théo savaient que Katelynn devait sûrement être abattu par le faite qu'elle ait risqués sa vie pour que finalement, personne ne l'écoute. Il attendit qu'elle le rejoigne et lui saisit la main. Ce contacte de la dérangeait plus : Trop fatiguée pour interpellée quoi que ce soit. Avec un dernier effort, Katelynn suivit le jeune homme bien malgré elle, marmonnant des mots incompréhensible. Elle ne vit pas Théo s'arrêter et ce prit toute sa musculature en pleine poire. Elle recula en grognant. Elle avait mal à la hanche et aux côtes, suite à la voiture qui avait failli l'écraser. Et elle ne comptait même plus son entaille au niveau de sa tempe qui la brûlait de plus en plus. La fatigue ce faisait sentir dans ces muscles, et elle ne tenait plus le coup. Elle cherchait à ce remémorée pourquoi elle prenait la peine de faire tout ça. Théo ce retourna et devant son air de déterrer, il décida de ce retenir de rire. Il ouvrit une porte, ils se tenaient tous les deux devant un immense immeuble. Katelynn leva des yeux emplit de curiosité. Ou avait-il pu dénicher ça alors qu'elle ne l'avait pas encore quitté d'une semelle ? Cette question lui brûlait les lèvres. Mais trop fatiguée pour passer aux questions, elle le suivit dans le long couloir sombre et manqua de trébucher dans les escaliers. A bout de souffle, ils arrivèrent enfin en haut et Théo s'arrêta devant une porte.

« Bien, tu vas me dire ou est-ce que tu as ... » Elle ne termina pas sa phrase, que Théo ouvrit la porte sur un magnifique appartement. Les meubles étaient plutôt luxueux et le canapé étaient fait de velours. Des cadres d'or étaient accrochés sur les murs où il y avait 'une tapisserie plutôt ancienne. Un bar donnait sur la cuisine, suivit de deux longs couloirs conduisant directement dans deux chambres spacieuses et une salle de bain avec une baignoire tellement énorme qu'on pouvait y placer plusieurs personnes. Une odeur de jasmin ce libéra dans l'air. Katelynn ce demandait si sa tête lui jouait des tours, ne sachant que penser de cette immense endroit riche.

« Mais Théo, d'où tu sors ça ? Je me rappelle pas t'avoir connu riche, hein... » Non en effet, Théo à toujours travailler pour s'en sortir, n'ayant pas une famille très riche. Lui et Katelynn se connaissaient depuis leur tendre enfance et tout d'eux ce supportait dans le meilleure comme dans le pire.

Un hurlement  déchira l'air. Théo courrait aussi vite qu'il le pouvait, avec des sucreries dans les mains. Derrière lui retentissait le cri sauvage du boulanger qui lui courait après. Le petit garçon courait tellement vite qu'il ne sentait pas ses pieds ce poser sur le macadam. Il les survolait presque. Il sentait son souffle ce faire rauque et sa cadence ralentir. Mais il ne devait pas s'arrêter, ou alors ce boulanger allait lui faire regretter amèrement d'avoir voler ces bonbons. Théo tourna dans une rue remplit de personne et de touriste. Il hurla au gens de s’écarter de son passage et il dû pousser plusieurs passant pour se frayer un chemin parmi la foule. Il était bien tenter de se réfugier dans une boutique, ou même de traverser la route. Mais le temps qu'il se cache dans un café ou quoi que ce soit, le boulanger lui aura mis la main dessus. Quant à la route, il risquait de se faire écraser comme pour rire. Pourtant, l'idée de foncer dans le premier taxi lui traversa l'esprit. Mais le pauvre garçon n'avait pas vraiment l'argent pour payer l'homme qui voudra bien l'emmener ou il voulait. Alors Théo courait, et tourna de nouveau dans une rue avec moins de monde. Il osa tourner un regard derrière lui et remarqua que le boulanger était paumé dans la foule. Il ricana et s'enfonça à grande enjambée dans la ruelle. Théo s'arrêta quelque minute après pour rejoindre une jeune fillette brune aux yeux verts. Il fit un énorme sourire à celle-ci et trottina vers elle en avalant un ours en gélatine. Katelynn leva les yeux vers son meilleur ami essoufflé.

« Qu'es ce que tu as encore fait ? » l'engueula t-elle en croisant les bras. Le jeune garçon reprit quelques instants son souffle avant de s'effondrer aux cotés de la fillette assise sur la marche de sa maison. Il mit une minute à reprendre son souffle et lui tendit les bonbons tout sourire.

« Tiens, c'est pour nous ! » Répondit-il d'une voix joyeuse. Katelynn lui lança un regard inquisiteur. Voyant son air dubitatif, il lui mit un crocodile dans la main.

« Mais aller, mange-les ! » s'exprima-t-il, agacée par l'air que prenait Katelynn. La jeune fille sauta sur ses pieds.

« Tu les as volés ! » L'accusa Katelynn. Théo fut surpris par cette soudaine révélation. Il la regarda ébahis, surpris qu'elle ait devinée si vite. Il prit une grande assurance et un sourire charmeur vint combler ses lèvres.

« Et alors ? Personne ne m’a attrapé et c'est le principal ! Prend ce crocodile et arrête de me casser les pieds d'accord ? » D'un geste théâtrale, il plaça un petit chat à ses lèvres et l'avala de bon cœur. Katelynn soupira, normalement elle aurait du paraître impressionner par cette acte de son meilleur ami. Mais elle était plutôt blasée par le faite que son meilleur ami en vienne à voler afin de pouvoir manger des bonbons. Sa mère était toute seule pour l'élever lui et son frère, et son boulot ne rapportait pas beaucoup. Théo n'avait pas de quoi s'acheter ses bonbons. La culpabilité ce rangea au coin de sa tête et elle finit par accepter les bonbons.

« Désolé. » S'excusa-t-elle. Théo tourna un regard compréhensif, et l'invita à s'assoir près de lui.

« Ce n’est pas grave tu sais. » Finit-il par dire, en lui tendant un ours.


Théo ce dandina d'un pied à l'autre, mal à l'aise. Il ne savait pas trop comment dire à Katelynn que cet endroit appartenait à un ami à lui, une mauvaise fréquentation. Mais comme il était plutôt mauvais menteur, elle allait facilement lui dégoter les verres du nez.

« C'est une longue histoire, s'il te plait ne pose pas de question. » Son regard encré dans le sien, elle fit un pas vers lui, assez proche pour que leur corps ne soit qu’à quelque petit centimètre l'un de l'autre. Son visage assez proche du sien, elle lit dans son regard qu'il souhaitait vraiment ne pas en parler. Katelynn n'aimait pas qu'on lui cache des choses, et voir Théo le faire l'insupportait. Ils restèrent une minute ainsi, à ce dévisager. Ni l'un ni l'autre ne daigna baisser du regard. Théo sentit l'angoisse monter petit à petit tandis que les yeux verts aventurine de Katelynn l’épiaient. Son sourire ce fendit sur ses lèvres.

« S'il te plait. » Insista-t-il. Katelynn soupira, elle avait trop mal et elle était trop fatiguée pour lui tenir tête. La jeune femme le contourna les bras croisés, sans le lâché du regard. Théo sentit un soulagement le transpercer. Il avait gagné pour ce soir, seulement pour ce soir. Mais buté comme il connaissait Katelynn, elle reviendrait à la charge le lendemain. Affalé sur le canapé, elle fut proie au sommeil qui menaçait de l'envahir. Théo fit quelque pas dans le long couloir qui menait dans la salle de bain et y prit des trousses de premier secours. Katelynn tourna la tête en direction  du jeune homme qui revenait les mains pleines.

« Tu comptes faire quoi là ? » Demanda-t-elle, ne cherchant même plus à comprendre.
« Tu as une vilaine plaie sur la tempe. » Commenta-t-il en venant vers elle avec un flacon d'alcool et du coton. Katelynn avait horreur des hôpitaux et le voir approcher avec ce petit équipements ne la rassura pas du tout. Théo étant un infirmier, il savait ce qu'il faisait. Mais c'était plus fort qu'elle et une boule ce forma au creux de son estomac.

« Elle est bien, cette vilaine plaie. Je t'assure. » Ce défendit-elle, tentant de le faire changer d'idée. Il se mit à rire, un doux son qui fit monter le rouge au oreilles de Katelynn. Elle ce reprit très vite et regarda le jeune homme s'installer près d'elle.

« Ne dis pas de bêtises, si je m'en occupe pas ça va s’aggraver. »
« Mais ce n’est pas grave du tout je t'....Aïe ! » Hurla-t-elle, un mouvement de recul face au coton plein d'alcool qui venait de la brûler vif. Elle porta sa main au front, en fusillant Théo du regard. Il ne pouvait s'empêcher de retenir un rire face à son comportement.

« Oh, allez, ou est passée la Katelynn dur qui a mis un poing dans la figure de Josh ? » C'est vrai qu'elle pouvait s'en vanter. Mais il lui avait drôlement asticoté les nerfs celui-là. A peine arrivé et elle c'était déjà fait un ennemie, bravo. Théo haussa les sourcils, agacés que Katelynn ne se laisse pas faire par le produit. Il tenta une autre approche.

« Bon. Et bien je vais la laisser s'infecter, puis avec un peu de chance ça va atteindre une partie sensible et ... »

« C'est bon j'ai compris ! » Céda-t-elle. Elle mit sa main sur celle de Théo et la porta à son entaille pour qu'il la soigne. Le jeune homme souri satisfait de lui, et Katelynn lui tira la langue. Il taponna sur l'entaille, tandis que Katelynn grimaçait de douleur, sentant une brûlure vif lui prendre à la tête. Elle ce retenait de crier, ne voulant pas paraître faible. Alors elle ce concentra sur le visage de Théo, et cela eu plutôt un bonne effet. Elle s'absorba dans ses yeux bleus, qui brillaient d'une certaine malice. Un bleu très clairs, presque limpide. Un sourire charmeur, trop charmeur même. Plusieurs fille lui avait tournés autour et elle tombait toute dans le panneau à cause de ce sourire. Il avait un visage de petit garçon, un visage enfantin qui n'avait pas l'air d'avoir quitté son adolescence. Et pour ce qui était de son adolescence, elle l'avait bien connu ! Monsieur avait été du genre : Je suis beau et j'en profite. Mais maintenant, Katelynn éprouvait une certaine jalousie envers les filles qui le séduisait. Elle ce maudissait d'ailleurs pour ça. C'était son meilleure ami, pas plus. Théo retira le coton, Katelynn s'étant perdu dans la contemplation de son visage, avait arrêté de ce plaindre. Maintenant, une belle plaie toute propre marquait sa tempe. Mais cela n’effacera pas ces muscles douloureux et sa hanche meurtris.

« Qu'es ce que tu regardes comme ça ? » demanda soudainement Théo avec étonnement.
« Quoi ? » Fit Katelynn en sortant de sa contemplation.
«  Laisse tomber. » répondit-il, ne cherchant pas plus. Katelynn fut soulagée, elle ne savait pas comment elle aurait pu expliquer sa vision sur lui. Théo posa le coton sur la mini table basse de verre. Elle contenait un aquarium. On avait presque l'impression de poser les choses sur les mini poissons rouges qui nageaient tranquillement. Le jeune homme descendit ces mains sur son tee-shirt et le fit glisser vers le haut pour le retirer et faire découvrir des abdos et un torse bien dessiné. L'esprit de Katelynn eu un bug, et elle ce perdit dans la contemplation de ces muscles. Une soudaine envie de toucher, d'étaler son corps sur celui de Théo la prit. Elle ce mordit la lèvre pour ne pas commettre cette bêtise. Il prit un coton entre ces mains et ce pensa une vilaine blessure sur le ventre. Il ne remarqua pas l'expression insistante de Katelynn face à ce spectacle qui ne la laissait pas du tout indifférente. La jeune femme sentit une bouffés de chaleur l'envahir, et elle essayait de résister à la tentation d'enlacer le jeune homme.

« Oh ce n’est pas vrai ... » Murmura-t-elle en détournant les yeux. Oh, le beau cadre. Théo posa son regard sur son visage rouge, et il esquissa un sourire.

« Si tu veux je peux remettre mon tee-shirt. »
« Surement pas ! » s'écria aussitôt Katelynn. Ce rendant compte de sa bêtise, elle essaya de reprendre avec des mots plus convaincants. « Je veux dire, ça serait pas idéal pour soigner cette blessure, voilà. » Mais c'était trop tard, Théo c'était attardée sur les deux premiers mots et souriait comme un paon.
« Pff » Souffla Katelynn en lui lançant un coussin dans la tête. Il l'évita et se mit à rire, sous la frustration de la jeune femme. Elle se leva en l'ignorant et posa son arme sur le table. Cela lui faisait déjà un poids en moins. De sa main libre, c'est son insigne qu'elle vint poser à côté de son arme. Puis la jeune femme vint ce réinstallé dans le canapé à bout de force. Théo c'était déjà allonger, laissant une petite place à Katelynn.

« Je vais pas dormir dans le même lit que toi. » Lui dit -elle.
« C'est un canapé. »
« Peu importe, ce serait bizarre. »
« Tu as peur de ne pas résister parce que je suis torse nu ? » Il se moquait d'elle, et elle prit la première chose qui lui vint sous la main : Un coussin de velours. Elle s'approcha de lui et le frappa délibérément. Mais il ne fit que rire en ce couvrant le visage de ces coudes. Il chopa le coussin sans que la jeune femme ne s'y attende et la tira vers lui. Katelynn tomba sur son torse et releva la tête face à son visage. Cette proximité fit monter le rouge à ses oreilles, tandis que la chaleur de son corps la fit frissonner d'envie. Comment résister quand monsieur n'y mettait pas du sien ?

« Tes pas croyable. » Lui fit-elle remarquer d'un ton amusée. Il porta une main à son visage et dégagea l'une de ces mèches brunes qui pendant devant son visage. Ils ce regardèrent pendant un long moment. Katelynn sentait leur deux pouls s'accélérer. La jeune femme décida de ce relever et d'aller occupés le deuxième canapé, sous l'air amusée et fière du jeune homme. Allonger, elle ne tarda pas à trouver le sommeil. Il l'emporta aussi vite qu'il était apparu, ce laissant sombrer peu à peu dans la fatigue. Demain, elle irait convaincre les autres de l'écouter. Qui sait qu'elle catastrophe allait leur faire face dès qu'ils se réveilleront ? Dans tous les cas, Katelynn sera forcée de prendre les devants, que ça plaise ou pas. On le lui avait ordonné.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Survivants - Saga Post Apocalyptique    

Revenir en haut Aller en bas
 
Survivants - Saga Post Apocalyptique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BD Post-apocalyptique!
» NoWay, jeu de rôle post-apocalyptique dans l'univers de Fallout
» NoWay, jeu de rôle post-apocalyptique
» Armes post apocalyptique.
» [WASTELAND] ressources figurines post-apo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WARRIORS CATS  :: ET NIVEAU DÉTENTE ALORS? :: LA GALERIE. :: LES EXPOSITIONS.-