HOW MANY SECRETS CAN YOU KEEP ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you should have known, the price of evil — etoile d'un mystère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
† Got me trippin' super psycho love †


Messages : 200
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 15
Localisation : Behind you.

MessageSujet: you should have known, the price of evil — etoile d'un mystère   Ven 15 Mai - 20:31



Now your nightmare

comes to life

Peut-être la peur aurait-elle du saisir ses tripes et ses muscles à cet instant. Peut être aurait-il du fuir face au danger et pour une fois laisser son terrible ego de coté. Mais s'il avait pris ses pattes à son cou alors il n'aurait plus été digne d'être le lieutenant du clan de l'Ombre et c'est dans sa majestuosité  fantaisiste qu'il resta planté face au meneur du clan du Tonnerre. Il frôlait dangereusement la frontière, jouant avec les nerfs d'Etoile d'un Mystère et avec les lois même qui régissait son monde, flirtant avec l'incarnation du diable. Mais si le lieutenant était un démon alors il était chez lui et en bon citoyen des enfers il franchit la frontière les épaules hautes, dévoilant son corps anthracite de la même manière qu'un cygne noir aurait déployé ses ailes vers les cieux. Un ange noir, un ange tombé du ciel. Il n'avait aucune de si il existait en ce bas monde, quelque part, un équivalent au clan des étoiles pour les criminels rongés jusqu'à la moelle comme lui et la perspective que rien ne l'attendait derrière le miroir de la mort le rassura légèrement. Il trouvait cela angoissant que d'être attendu par le juge éternel.

Les crocs luisant sous le châle blanchâtre que l'astre lunaire projetait de ses rayons d'ivoire, il jaugea le chat en face de lui avec un intérêt qu'il ne chercha à aucun moment à cacher. Il pouvait voir ses muscles se contracter sur son pelage, saillant comme ils étaient il voyait bien que le meneur gardait un mal olympien pour la simple est bonne raison qu'il avait l'habitude de ces intrusions. Les rapports que les deux minets entretenaient étaient pour un inculte, purement malsain. Ils pouvaient passer des heures à se fixer droit dans les yeux sans qu'aucun mot ne soit échangé puis repartir chez eux, comme une partie de bras de fer, mais c'était les regards qui étaient conviés à cette joute. Cantilène du Serpent aimait beaucoup cette rencontre et le calme qui s'en échappait, la forêt elle même retenait son souffle quand les deux manipulateurs croisaient leurs routes. Un silence pesant, lourd, atrocement lourd. Un silence qu'il brisa calmement, presque trop. Tout cela était purement irréel.

« Salutations, Nuit Mystérieuse, comment se porte ton clan depuis la dernière fois ? »

Le lieutenant ignorait que ce guerrier qu'il considérait avec erreur comme son ami tait devenu meneur. Il allait l'apprendre, et la jalousie allait ronger ses os comme de l'acide. Les transpercer nettement, trop nettement, ne donnant aucune chance de les réparer. Ils avaient le même âge, la seule différence était qu'ils n'avaient pas exactement le même physique. Le pelage d'encre du matou était bien plus sombre que celui de Cantilène du Serpent. Mais ils avaient cette même volonté de contrôler, écraser, régner.

_________________
Je parle en blueviolet si tu veux un petit lien c'est ici et si tu veux en savoir plus sur mon chat c'est
behind the mask:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Meneur complètement dérangé - Luny


Messages : 57
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: Re: you should have known, the price of evil — etoile d'un mystère   Dim 17 Mai - 0:50

Tu es là. Logiquement. Tu ne peux pas ne pas être là dans la mesure où tu vis. Tu vis. C’est une évidence, ton cœur bat, tu es encore apte à chasser et à combattre, à gouverner ton Clan et peut-être bientôt la forêt. C’est ton but n’est-ce pas ? C’est ton but. Je le sais, je le sens, tu ne peux pas me mentir, ce sera toujours ton aspiration, celle de devenir le meneur de toute la forêt, d’un seul et unique Clan fort et craint. Tu veux obtenir le respect par la peur, tu n’as jamais songé à la douceur et le respect du code du guerrier et je ne peux t’en blâmer. Qu’est-ce que c’est, le code du guerrier ? Rien. Que des conneries dont tu n’as nul besoin pour être fort. Qui dit que pour gagner une bataille, il n’est pas nécessaire de tuer ton adversaire ? C’est complètement ridicule, à tes yeux et ce n’est même pas envisageable aux miens.

Tuer. C’est mon activité favorite, celle que je te fais pratiquer sans même que tu ne parviennes à t’en souvenir. D’ailleurs, n’est-ce donc pas la raison pour laquelle tu te retrouves en ce moment au milieu d’un de tes territoires, sans savoir ce que tu y fais ? Pourquoi tu es là ? Oui. C’est exactement ça. Un solitaire. Encore une fois. Tu t’attaques aux solitaires qui franchissent ta frontière, ou plutôt devrais-je dire que je m’attaque aux solitaires franchissant ta frontière comme c’est moi qui tue et non toi. Tu n’es pas capable de tuer, quelque chose te rattache un peu aux honneurs que tu dois remplir en étant meneur, ce quelque chose qui est si faible, si mince, qu’un coup de vent pourrait tout casser, tout détruire. Et ce coup de vent, c’est moi.

Ce coup de vent qui arrive toujours au bout d’un moment n’est rien d’autre que moi qui prend contrôle de ton corps et qui détruit tous les minces fils te rattachant à ton statut de meneur. Tu deviens alors qu’une bête féroce ne suivant que son instinct et son besoin de sang, celui qui me pousse à tuer. Celui qui me pousse à détruire des vies, à regarder des chats agoniser sans même avoir un seul ressentiment, un seul regret. En aurais-tu des regrets, toi? Je ne peux le savoir. Tes sentiments sont si confus que je ne peux rien y comprendre, moi, Venin, moi qui ne ressens absolument rien. En totale opposition avec mon corps hôte.

Je te regarde, tu ne comprends rien. Dans les terres de ton Clan, tu ne sais pas comment tu es arrivé ici, mais tu ne cherches pas plus à comprendre. Parce que tu es habitué, ça arrive souvent, ces trous de mémoire que tu ne tentes pas de combler. Pourquoi tenterais-tu? Des chats normaux pourraient de trouver bien des raisons de tenter, mais tu n’es pas comme la norme l’entend. Tu es toi. Tu resteras aussi tordu que tu l’es, avec moi qui n’arrange pas le tout. Tu resteras ce meneur qui veut dominer la forêt, celui qui a une ambition démesurée, mais qui cache toute sa cruauté. Et ce meneur qui fait des actions qui ne devraient pas faire… telle qu’avoir un certain lien avec le lieutenant d’un clan rival.

Tu t’approches du territoire du Clan de l’Ombre, la frontière. Tu t’y approches tout doucement, sans jamais te presser et puis, tu y es. Tu y seras toujours. Parce que tu finis toujours par y revenir. Vous passez des moments de silence jusqu’à ce qu’il reparte, mais il ne t’avait pas revu depuis que tu es passé chef. Tu es à un grade plus élevé que lui maintenant, tu pourrais même t’en vanter, mais tu ne le ferais pas, parce que ce n’est pas quelque chose que tu ferais. Tu étais là. Et tu attendais. Et puis il fut là. Tu ne sais pas quand il était arrivé. Mais moi je l’avais vu venir, je n’avais juste pas jugé utile de t’en avertir, tu l’acceptais et je jugeais, moi, qu’il pouvait nous être utile. Avoir des relations au sein des autres Clans serait toujours utile pour un meneur qui souhaitait écraser les autres Clans. Ton regard se planta dans celui de l’autre chat. Qui te regardait aussi. Il ne savait pas. Il ne savait pas qu’il jouait avec le feu maintenant, en narguant la frontière. Il ne savait pas qu’en la franchissant, tu pourrais demander des comptes à sa meneuse. Mais ce serait d’admettre que vous faisiez quelque chose de mal, ce que tu ne ferais jamais.

Alors tu te contentas de le regarder franchir ta frontière sans se soucier de quoi que ce soit. Tu l’aurais fait, toi aussi. Tu l’aurais fait. Mais tu n’en avais pas envie présentement, alors tu ne faisais que l’observer. Et puis tu inclinas la tête. Tu n’étais pas nécessairement logique, mais ça ne t’importait pas. Tu étais toi, tu ne voulais pas être quelqu’un d’autre, même si ton pelage noir était désormais complètement raide et sec par le sang qui avait séché, même si tu avais des trous de mémoire. Et tu te redressas finalement et tu souris cruellement lorsqu’il parla. Nuit Mystérieuse. Il te semblait que cela faisait longtemps que tu te nommais ainsi, c’était ton nom avant de devenir meneur. Et ça remontait à loin pour ton cerveau, pour ta mémoire.

Et ton Clan? Cantilène du Serpent ignorait à quel point ton Clan était devenu ton Clan. Et il allait l’apprendre aujourd’hui, ton nouveau statut, celui qui te permettait de faire ce que tu voulais, du moins, presque, mais qui te donnait un accès encore plus évident au pouvoir que tu attends, que tu aimes. Et tu te levas, tu t’étiras chaque muscle.

«Mon Clan… Il va très bien depuis que j’en ai la gouverne. Et le tien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
† Got me trippin' super psycho love †


Messages : 200
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 15
Localisation : Behind you.

MessageSujet: Re: you should have known, the price of evil — etoile d'un mystère   Dim 17 Mai - 8:56

[Omg cette réponse hanlala mais de quoi j'ai l'air à coté omg xD]



I’m underneath

your skin


The devil within


You’ll never know

what hit you

De n'ombreux sentiments ne franchiraient jamais le cap des yeux de Cantilène du Serpent. Il voyait, il était dotés d'yeux et voyait la douleur du monde, il savait sentir la peur, le désarroi, les larmes. Le goût et l'odeur de larmes étaient si spécifiques que l'on ne pouvait passer à coté. Mais il ne connaîtra jamais ces choses de lui même pour la simple et bonne raison que les sentiments ne peuvent pas l'atteindre. Du poins, les sentiments primaires, ceux que monsieur tout le monde ressent. Il ne ressentait aucune gêne à avoir franchit une frontière, il ne ressentait pas le besoin de respecter le nouveau meneur du clan du Tonnerre. Il ne ressentait rien d'autre que de la fascination pour ce personnage, depuis toujours il était fasciné par sa faculté à tuer, alors que lui ne le pouvait pas. Jalousie. Envie. Son pelage claquée contre sa peau, lustré, brillant du sang qui l'a abondamment lavé le laissait de marbre quelques secondes. Il y avait toujours eut un niveau d'écart entre eux, Cantilène du Serpent était incapable de tuer.

«Mon Clan… Il va très bien depuis que j’en ai la gouverne. Et le tien ? »

Le fond du lieutenant pestait contre ce chat. Il avait réussi là ou il avait échoué, il était curieux de savoir si l'ancien meneur avait rendu l'âme dans toute la majesté de son existence ou si une visite nocturne avec arrangé les affaires. Ce n'était pas discret, ou alors c'est parce qu'il ne tuait pas assez qu'il ne trouvait pas là qu'il s'agissait d'une bonne idée. Après tout il pourrait le faire, rentrer dans la tanière de sa meneuse la nuit pour briser sa nuque. Et il le ferait, en boucle, jusqu'à ce que sa dernière vie quitte son corps. Au petit matin il irait déposer des odeurs d'un clan voisin et le tour était joué. Il serait meneur. Enfin.

Mais il ne pouvait pas faire ça, son sens de l'honneur le lui interdisait formellement et de toute façon il n'en avait pas le courage. Il n'avait pas ce courage là.

« Dans quelles malheureuses circonstances l'ancien meneur du Tonnerre a t-il trépassé ? »

En on diplomate, sa voix ne laissait passer aucuns des pauvres sentiments qu'il pouvait ressentir. Il était d'une neutralité presque effrayante, la mort de ce meneur ne l'affectait en rien. Bien au contraire, elle n'arrivait pas au bon moment, il aurait aimé que cela advienne plus tard, le temps qu'il gravisse l'échelon. Une course contre la montre était lancée désormais, leur relation ne sera plus jamais la même. Il le savait.

« J'assiste au gouvernement du mien désormais, mais il me reste encore un échelon à gravir. »

Il n'avait pas la force de tuer sa meneuse. Il ne ressentait pas les sentiments, il les voyait et les interprétait. Et ce qu'il voyait dans le coeur d'Etoile Oubliée, était indescriptible. Il ne pouvait pas la tuer. Mais il savait qu'on allait le pousser à la faire, tout comme il pousserait cette personne à la faire à sa place. Car c'est maintenant que commence véritablement le jeu. Quand deux êtres ne peuvent mutuellement se faire du mal avec des griffes, ils trouvent d'autres issues bien plus subtiles, dévastatrices.

_________________
Je parle en blueviolet si tu veux un petit lien c'est ici et si tu veux en savoir plus sur mon chat c'est
behind the mask:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Meneur complètement dérangé - Luny


Messages : 57
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: Re: you should have known, the price of evil — etoile d'un mystère   Lun 18 Mai - 4:09

L’ancien meneur du Clan du Tonnerre. Tu ne te rappelais même pas du nom de ce dernier, tu ne te rappelais d’absolument rien si ce n’est qu’il avait mal fait de te nommer lieutenant, il t’avait simplement donner ce qu’il te fallait pour satisfaire encore un peu plus ton besoin de gouverner, cette soif tordante de pouvoir, celle qui menait tes pattes en dehors du code du guerrier un peu plus chaque jour, cette soif qui ne te quittait pas l’ombre d’un instant, celle qui restait coller à toi, sans te laisser. Elle ne te laisserait sans doute jamais, mais ce n’était pas plus mal, tu l’aimais cette soif de pouvoir et de sang que tu ne cessais d’entretenir comme si tu t’occupais d’un chaton, mais c’était bien différent. Si différent. Cette soif pouvait mener au désastre toute la forêt si tu la laissais grandir et qui sait, un jour peut-être la laisseras-tu prendre le dessus pour tout détruire, tout anéantir, et moi j’en serais heureux. Je regarderai le tout, le résultat.

Le résultat pourrait bien être amusant, surtout à regarder en tant que spectateur, n’étant pas atteint, je m’amuserais à te regarder tout détruire ce qu’aurait construit des chats veillant sur vous aujourd’hui. Tu n’y croyais pas. Pas plus que moi. Et cela m’amusait. Tout m’amusait, mais des choses encore plus que d’autre et le fait que les autres croient dur comme du fer à des chats régnant sur la forêt, ça m’amusait encore plus. Bien sûr tu avais reçu tes vies, mais cela, ce n’était rien d’autre que le fait que le jour où tu deviens meneur, tes neuf vies sont activées, c’est rien de plus rien de moins et puis, c’est un rêve qui active tes neuf vies. Le Clan des Étoiles n’était rien. Et ne serait que toujours rien. Que des croyances auxquelles tu ne crois pas. Que des racontars, des bêtises, mais tu ne diras rien, parce que tu mettras tous les chats à dos.

Tu étais là, devant ce chat. Ce chat avec lequel tu entretenais une relation malsaine, une relation qui changeait à tout moment, vous étiez tordus, tous les deux, et tout changeait sans cesse. Mais c’était ainsi et tu comptais te servir d’appât. Ou de quelque chose, tu pourrais te servir de lui pour gravir d’autres échelons dans la gouverne de la forêt. Et l’ambiance devint encore plus lourde, quelque chose changeait, imperceptiblement, mais changeait néanmoins rendant les choses encore plus dangereuses, quelque chose s’était modifié. Et ce quelque chose changeait les mises, comme si désormais une vie pouvait être en danger, comme si l’exil guettait ou encore autre chose, mais grave. Comme si une conséquence se profilait à l’horizon.

C’était comme un jeu. Comme le jeu de celui qui poussera l’autre plus loin, trop loin dans ses retranchements. Mais il ne fallait pas être direct, il fallait être discret. C’était comme un jeu et ce restera comme un jeu, mais maintenant tu es meneur, maintenant tout change. Le jeu n’est que plus dangereux, que plus nocif, quelque chose à retardement. Qui viendra à exploser, mais restait seulement à savoir qui allait gagner et qui allait perdre, parce que quelqu’un devait gagner, quelqu’un devrait perdre et tu ne voulais pas perdre. Tu voulais être le gagnant. Mais entre vouloir et être, il y avait une marge d’erreur. Je le savais très bien, sans doute plus que toi.

Tu l’écoutais. Parce qu’il parlait. Et tu inclinas la tête. Tu lui diras. Peut-être. Peut-être pas. Parce que tout pouvait revenir contre toi, et il fallait se méfier. Même de lui. Parce que tous les coups bas étaient autorisés. Du moins, c’était ce que tu te disais et cela te restreignait dans ce que tu lui disais, pour ne pas qu’il te plante une griffe dans le dos, pour ne pas qu’il te fasse un de ces coups digne des plus tordus des chats de la forêt, digne de toi. Tu redressas ta tête, tu clignas quelques fois des yeux et puis, tu inspiras. Expiras.

« Cet échelon est plus facile à gravir que tu ne le penses», miaulas-tu d’une voix grave de sous-entendus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
† Got me trippin' super psycho love †


Messages : 200
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 15
Localisation : Behind you.

MessageSujet: Re: you should have known, the price of evil — etoile d'un mystère   Mer 20 Mai - 16:23




Get undressed

Taste the Flesh

Des nombreuses choses opposaient le guerrier du clan de l'ombre et le meneur du clan du tonnerre. Autant qui les rapprochaient. Leurs ambitions communes étaient les meilleurs exemples. L'un aspirait au contrôle et l'autre au pouvoir, deux choses étrangement semblable mais pourtant strictement opposée. L'un était prêt à tuer pour - et l'avait certainement déjà fait - l'autre à jouer avec les vies. L'un les apportait à l'autre, un jeu de manipulation. Un jeu qui laisserais un jour un des joueurs derrière, le lieutenant se demanda si Etoile d'un Mystère serait prêt à le tuer pour réaliser ses souhaits, il trouva cette pensée faible et la chassa. Bien sur, c'est évident, rien n'arrêterait le meneur, rien d'autre que la mort.Mais il avait neuf vie, neuf vies à gaspiller. Neuf vies, c'est beaucoup, il en aurait bien besoin. Une vie pour aimer chaque femelle qu'il avait séduite, neuf vies pour permettre à sa grande famille de gouverner la forêt. Neuf vies c'est énorme. Mais cela valait-il la peine de tuer quelqu'un qui en avait besoin ? Qui s'en servait pour s'occuper des siens ? Les valeurs du criminel l'empêchait de se résoudre à tuer Etoile Oubliée. Il ne pouvait pas et i en était profondément grisé et frustré.

« Cet échelon est plus facile à gravir que tu ne le penses»

Il s'étonna à frisonner, ce chef, ce chat, avait vraiment un problème. La façon dont il avait esquivé sa question l'énerva légèrement, lui aussi savait manier ce qu'il disait et le lieutenant ne supportait pas la concurrence. Il soupira longuement. La mort, ce n'était pas une chose "facile". Non. C'est tout un art, déguiser le corps, lui rendre son dernier hommage. On ne pouvait pas simplement tuer. C'était trop facile justement, il n'aimait pas cette facilité.

« Ce qui est facile peut parfois compliquer les choses plus que de les arranger. »

Quelqu'un pourrait savoir, quelqu'un pourrait voir, pourrait entendre. Il fallait faire ça dans les règles de l'art. La vie est une magnifique oeuvre d'art, on ne peut la blasphémer de la sorte. Il en était persuadé, un jour il payerait de cet affront. Le clan des étoiles allait le faire payer de ne pas avoir honoré la vie qu'ils ont crées. Pour Cantilène du Serpent, le clan des étoiles existait, du moins, il était persuadé qu'une présence divine les avait crée à son image ou régissait ce monde. Cette idée de l’effrayait pas plus qu'elle ne rassurait. C'était un fait. Un fait, tout simplement.

« Elle n'est pas encore assez mure pour que je puisse la cueillir, mais ce jour arrivera, je préfère prendre mon temps et savourer ma victoire que de devoir pleurer sur ma défaite. »

Sous-entendus. Comme toujours. Il pensait que sa meneuse n'était pas encore prête à mourir, elle n'avait pas encore atteint ce point où le couteau du lieutenant la briserait. Si elle devait mourir, il voulait voir le dégoût dans ses yeux, la tristesse, la peur, l'effroi même. Il voyait qu'elle le voit.

« Alors comme ça tu as neuf vies pour arranger tes petites affaires...bravo. J'attend avec impatience le jour où nous seront réunis. »

Et où je pourrais te planter une griffe dans la gorge.
[/b]

_________________
Je parle en blueviolet si tu veux un petit lien c'est ici et si tu veux en savoir plus sur mon chat c'est
behind the mask:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Meneur complètement dérangé - Luny


Messages : 57
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: Re: you should have known, the price of evil — etoile d'un mystère   Sam 30 Mai - 22:15




Get undressed

Taste the Flesh

Tu es là, le silence retombe après les paroles de celui qui était peut-être ton allié, mais plutôt un obstacle, un pion. Tu le considérais ainsi et je pouvais te promettre qu’un jour tu souhaiterais t’en débarrasser, mon petit. Et ce jour, je te serais d’une grande aide, c’est promis, mais tant que ce jour n’est pas arrivé, je te permets d’en douter, parce que de toute évidence tu allais en douter, c’était ainsi. Mais pour l’instant, tu étais encore loin de ce pouvoir auquel tu aspirais, pour le moment tu étais bien loin d’atteindre ce que tu voulais, alors ce lieutenant du Clan rival te serait bien utile, il te serait un pion. Et tu utiliserais sa vie sans même avoir de remords… sans même prendre conscience que votre relation était si malsaine, tu n’en prenais pas du tout conscience. Mais il faudrait un jour…

Un jour. Bien lointain. Quand tu seras à la tête de la forêt. Car ce jour-là, tu n’auras plus besoin de lui et alors tu pourrais l’éliminer, enfoncer tes griffes dans son pelage, sentir sa colère, t’en nourrir, l’aspirer. Tu pourras, mais ça devrait attendre, pour le moment rien de plus ne te satisfait que le fait de te savoir supérieur à lui en étant passé de lieutenant à meneur. Rien que ça te suffisait pour le moment, parce que c’était déjà une victoire sur lui, une victoire qui te menait plus haut. Plus fier. Et plus imposteur encore que tu ne l’étais déjà. Parce que tu savais très bien qui aurait dû être à la tête du Clan du Tonnerre en ce moment, et ce n’était pas toi. Toi, tu n’aurais pas dû être là, tu le savais très bien, mais tu étais là, c’était le plus important.

Tu étais devenu une étoile parce que tu n’avais pas eu cette faiblesse que le lieutenant su Clan de l’Ombre a en ce moment même. Et cette faiblesse, c’était moi qui t’empêchais de l’avoir, parce que c’était et ce serait toujours moi qui tuerais à ta place. Moi, c’était ce qui faisait que j’existais, la tuerie. Et grâce à moi, tu avais une force que ton allié, en quelques sortes, n’avait pas. Une force qui te rendait cruel, certes, mais une force demeurait une force et du moment que tu lui étais supérieur, tout t’allait. Et ça oui, tu lui étais supérieur de beaucoup, beaucoup trop sans doute, à tes yeux, mais ça te plaisait et t’amusait.

Tu serais sans doute toujours supérieur, à tes yeux. Mais pas qu’à lui, aux autres aussi. Supérieur même à tes membres pour lesquels tu ne démontrais presque aucun respect, sans toutefois agir cruellement, tu gardais la face devant eux aussi. Une révolte était si vite arrivée, c’est pour ça que tu faisais attention, que trop bien attention. Et le discours du lieutenant te faisait encore plus rire que tout. Attendre. Il parlait d’attendre pour ne pas avoir de défaite, mais les choses qui étaient bien préparées ne laissaient pas place à la défaite, comme toi. Toi, tu n’avais pas laissé place à la défaite, évidemment, tu étais meneur aujourd’hui alors forcément, tu n’avais pas vu de défaites, tu avais réussi.

Ton regard étincelait, mais tout ton corps était inexpressif. Comment pouvais-tu être aussi immobile, à regarder un chat d’un autre Clan sur ton territoire ? J’étais franchement étonné de voir que tu étais si calme, si… passif. Mais en fait non, je n’étais pas étonné. Tu n’étais que trop rarement énergique, toujours dans cette apathie qui te bouffait peu à peu, réagis à la fin ! Je me tue à faire de toi un meneur digne de cette forêt, je me tue à faire de toi un meneur que les autres ne considèrent pas comme digne, mais qui est bien plus digne que tous les autres meneurs, mais toi tu demeures là, passif. Était-ce passager ? Je l’espérais. Parce que j’allais vite perdre patience contre toi et prendre possession de toi jusqu’à ce que ta dernière vie s’envole. Tu te levas un instant pour t’étirer avant de te rasseoir.

«Neuf vies ne seront jamais assez pour le pouvoir… J’attends avec hâte ce moment également. »

Ce moment. Ce moment que tu attends, tu l’attends pour pouvoir l’éliminer. Parce que tu devrais être le seul à avoir le pouvoir, il te serait un jour un obstacle dont tu devras te débarrasser.


[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: you should have known, the price of evil — etoile d'un mystère   

Revenir en haut Aller en bas
 
you should have known, the price of evil — etoile d'un mystère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Taito Vewlix Price and Trader?
» [MOC] Hors-Saison : Evil Pohatu
» DOOM 64
» Dossier Resident evil/Biohazard
» DooM3: Resurrection of Evil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WARRIORS CATS  :: CLAN DU TONNERRE. :: TERRES-